Intervenants

Inger Andersen


Mme Inger Andersen, de nationalité danoise, est Directrice Générale de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature. Elle était, jusqu’en 2014, Vice-présidente de la région Moyen Orient et Afrique du Nord à la Banque mondiale, où elle était responsable de la stratégie et des opérations de la Banque dans cette région. 

Mme Andersen a rejoint la Banque mondiale en 1999, où elle a travaillé principalement dans les domaines de l’eau, de l’environnement et du développement durable, particulièrement dans les régions d’Afrique, du Moyen Orient et d’Afrique du nord. En 2010, elle a été nommée Vice-présidente du département Développement durable de la Banque mondiale (qui compte environ 1700 employés) et Responsable du Conseil du Fonds du Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (GCRAI). 





Christophe Aubel


Directeur de l’Agence Française pour la Biodiversité
Instituteur de formation, Christophe Aubel a été Président du Centre Ornithologique d’Ile de France, longtemps administrateur (ou membre du Bureau) de France Nature Environnement (FNE), vice-président du comité français de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et pendant 15 ans directeur d’Humanité et Biodiversité.

Il a également siégé au Grenelle de l’environnement en tant que représentant d’Humanité et Biodiversité, mais aussi au conseil national de la transition écologique, au comité de suivi du projet agro-écologique du ministère de l’agriculture, au comité Trame verte et bleue, au comité national loup, au comité de suivi de la stratégie nationale de biodiversité.

C’est donc un fin connaisseur de la biodiversité et de ses acteurs qui prend aujourd’hui la direction de cet établissement public, sous tutelle du Ministère de la transition écologique et solidaire, qui rassemble 1200 personnes.
 





Paul Arnould


Paul Arnould est professeur émérite de géographie à L'Ecole Normale Supérieure de Lyon.  Il a été vice-président, puis président du conseil national des universités, section « Géographie physique, humaine, économique et régionale" de 2000 à 2007 et directeur de l'unité de recherche de l'Université de Lyon et du centre national de la recherche scientifique « Environnement, Ville, Société » de 2007 à 2010. 
Il a également été secrétaire général du comité national français de géographie, de 2000 à 2008, délégué scientifique de l'Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (AERES) pour la géographie, de 2010 à 2014 et vice-président du Groupe d'Histoire des Forêts Françaises (GHFF) de 1983 à 2010.
Il préside actuellement le conseil scientifique de l'Ecole nationale supérieure du paysage de Versailles, le comité national d'orientation de labellisation « Forêts d'exception » ainsi que le Comité scientifique pour l’inscription de la Forêt de Fontainebleau au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Il est membre du conseil scientifique de l'ONF. Il est membre de la Mission régionale d’autorité environnementale (MRAe) Ile de France
Spécialiste des forêts et de l'environnement, il travaille aussi sur la nature en ville, la biodiversité, la multifonctionnalité et le développement durable.
Il a piloté la réalisation de nombreux ouvrages et a notamment publié « Au plaisir des forêts » aux éditions Fayard en 2014 et « Géographie de l'environnement » avec Laurent Simon aux éditions Belin en 2007, réédité en 2018 sous le titre « Géographie des environnements ». Il est également auteur coordinateur de l’ouvrage « Le Juste Jardin », ENS Editions, 2012 et de « Les géographies de Tintin », CNRS Editions 2018.
 





Yildiz Aumeeruddy-Thomas


Yildiz Aumeeruddy-Thomas est Directrice de Recherche et Coordinatrice de l’Equipe Interactions Bioculturelles au Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive (CNRS). Elle co-dirige le programme du CNRS sur la biodiversité en Méditerranée (BiodivMex). Elle est également auteur principal de l’Evaluation Globales de l’IPBES. Elle a travaillé en tant qu’ethnoécologue pendant ces 30 dernières années sur les interactions Homme-Nature, notamment sur la façon dont les saviors locaux et autochtones élaborent des paysages bioculturels. Après sa thése à Sumatra (Indonésie), elle a coordonné le programme “People and Plants Initiative” (Himalaya) du WWF et de l’UNESCO, avec des études de terrain et le renforcement des capacités en ethnobotanique appliqué à la conservation de la biodiversité (Népal, Inde, Chine, Pakistan et Bhoutan). Depuis 2006, ses travaux portent sur la Méditerranée, avec une série d’études de cas (Maroc, Sicile, France) sur la composante arborée des argoécosystèmes, leur domestication et diversification,  en collaboration avec des archéobotanistes, généticiens, linguistes et écologues. 





Monique Barbut


Monique Barbut, Secrétaire générale adjoint des Nations Unies et Secrétaire exécutive de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la Désertification (CNULCD), a plus de 30 années d'expérience dans le développement durable, la diplomatie internationale, le gouvernance et la finance. De 2006 à 2012, elle fut la Directrice générale et Présidente du Fond pour l’environnement mondial (FEM) et Vice-présidente à la Banque mondiale.  
De 2003 à 2006, elle a été directrice au Programme des Nations unies pour l'Environnement (PNUE), en charge des programmes technologie, climat et économie verte. Avant cela, Monique Barbut a effectué un éminent parcours dans le service public français, dont une longue partie à des postes variés au sein de la banque de développement de la France, l'Agence Française de Développement (AFD), principale agence française dédiée à l'aide aux pays étrangers.





Gilles Boeuf


Professeur à Sorbonne Université (Université Pierre et Marie Curie, UPMC), affecté à l’Observatoire Océanologique de Banyuls ou il développe sa recherche au sein de l’Unité « Biologie intégrative des organismes marins ». Il a passé 20 ans à l’IFREMER (Institut français de recherche pour l’exploration de la mer) à Brest puis a été directeur du Laboratoire Arago (UMPC et CNRS), observatoire des sciences de l’Univers,  à Banyuls sur mer durant 6 ans, directeur de l’Unité « Modèles en biologie cellulaire et évolutive » durant 4 ans. Il a été Président du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), entre 2009 et 2015. Il a également été professeur invité au Collège de France pour l’année universitaire 2013-2014, sur la Chaire « Développement durable, énergies, environnement et sociétés » et avait alors dédié son enseignement au thème « Biodiversité, ses croisements avec l’humanité ». Il est président du Conseil Scientifique de l’Agence française pour la Biodiversité. 

 




Jessica Brown


Jessica Brown est Directrice exécutive de la “New England Biolabs Foundation”, une fondation privée basée aux États-Unis, dont la mission est d'encourager à la gestion respectueuse des paysages terrestres et marins en tenant compte de la diversité bioculturelle présente en ces lieux. Elle a trois décennies d'expérience dans le domaine de la conservation communautaire à l'échelle mondiale, ayant travaillé dans des pays d'Afrique, d'Asie, des Caraïbes, d’Amérique centrale, d'Amérique du Sud andine, d'Europe centrale et des Balkans. Jessica préside le groupe de spécialistes des paysages protégés de la Commission mondiale des aires protégées de l'UICN et siège au conseil d'administration de plusieurs ONG, notamment des bailleurs de fonds internationaux dédiés aux peuples autochtones, des donateurs internationaux de Nouvelle-Angleterre et Terralingua. Parmi les missions de conseil récentes, citons le Programme de petites subventions PNUD / Fonds pour l’environnement mondial. Jessica a publié de nombreux articles sur la gouvernance des aires protégées, l'engagement des communautés et la gestion des paysages bio-culturels. Elle est membre associé de la Faculté des études supérieures de l'Université Rutgers dans le cadre de son programme d'études sur le patrimoine culturel et les études de préservation. Elle est diplômée de l'Université Clark et de l'Université Brown.





Pascal Canfin


Ancien ministre délégué au développement, Pascal Canfin est directeur général du WWF France, l’une des premières organisations de protection de l’environnement au monde. Il est également membre du « High Level Expert Group on Sustainable Finance », Groupe d'Experts de Haut Niveau sur la Finance durable, auprès de la Commission européenne.
Diplômé de Sciences Politiques et de l’Université de Newcastle, Pascal Canfin est d’abord journaliste chez Alternatives Economiques où il se spécialise notamment sur la question de la responsabilité sociale des entreprises, avant d’être élu député européen. Au Parlement européen de juin 2009 à mai 2012, puis de mai à juillet 2014, il négocie notamment plusieurs projets législatifs sur la réforme financière.
En mai 2012, Pascal Canfin est nommé ministre délégué au Développement dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. A cette fonction, il entend « faire de la soutenabilité un impératif pour la politique française de développement ». Il fait évoluer les politiques de financement de projets de l’Agence Française de Développement et donne l’impulsion du premier projet de loi d’orientation et de programmation sur le développement et la solidarité internationale.
Dans le cadre de la préparation de la COP21, Pascal Canfin est Conseiller principal pour le climat du World Resources Institute (WRI) et copréside la Commission pour les financements innovants en faveur du climat mise en place par le président de la République.


 





Bernard Cressens


De formation universitaire en biologie et en droit de l'environnement, Bernard Cressens, qui débute son activité professionnelle dans le monde agricole, est à l’origine de la création du Conservatoire des espaces naturels de l’Isère dont il assurera la direction pendant 12 ans. Devenu consultant indépendant, il travaille pour la Province Nord en Nouvelle Calédonie puis en Polynésie française sur des projets de protection de l’environnement.

Le WWF France le recrute ensuite pour son bureau en Guyane puis à son siège national en tant que Directeur des programmes de conservation. Administrateur de plusieurs ONG de protection de la nature, il est aussi Président du Parc naturel marin des Glorieuses et conseiller municipal d’une commune de l’Isère.

Le Conseil d’administration du Comité français de l’UICN, réunissant 2 ministères, 13 organismes publics et 41 ONG, l’a élu à la Présidence de l’organisation le 9 avril 2014.





Helen Crowley


Dr. Helen Crowley est Responsable Approvisionnement Durable et Innovant. Elle a pour mission d'élaborer de nouvelles approches d'approvisionnement de matières premières, ainsi que d'améliorer les processus de production des marques de Kering.

Helen entame sa carrière comme consultante pour plusieurs entreprises américaines qu'elle conseille sur la mise en œuvre de leur stratégie de développement durable. Elle rejoint ensuite pendant 12 ans Wildlife Conservation Society. Helen a accumulé tout au long de sa carrière une expertise des projets de terrain liés au développement durable et à la conservation, mais également des partenariats entre des organismes publics et privés. 

Helen Crowley est titulaire d'un PhD en écologie de l'Australian National University. Elle est membre des comités de Textile Exchange Europe, Wildlife Friendly Enterprise Network et de IUCN US.





Marie-Claire Daveu


Directrice du Développement durable et des Affaires institutionnelles internationales, Kering

De nationalité française, Marie-Claire Daveu est diplômée de l'École nationale du génie rural, des eaux et des forêts (ENGREF). Elle est également titulaire d'un Diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) en gestion publique de l'Université Paris Dauphine.

Elle entame sa carrière comme conseillère technique au cabinet du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, puis comme Directrice de cabinet de Serge Lepeltier, ministre de l'Écologie et du Développement durable.

En 2005, Marie-Claire Daveu devient Directrice du développement durable du Groupe Sanofi-Aventis. De 2007 à 2012, elle occupe les fonctions de Directrice de cabinet de Nathalie Kosciusko-Morizet, au sein de divers secrétariats d'État puis au ministère de l'Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement.

En 2012, elle est nommée Directrice du Développement durable et des Affaires institutionnelles internationales de Kering, poste qu'elle occupe actuellement. 

Photographie © Jean-François Robert / modd





Marc Dimanche


Ingénieur de formation, Marc Dimanche a enseigné l’agronomie en Algérie fin des années 1970, a été ingénieur de développement dans les Alpes du Sud durant la décennie 1980, avant d’être chef du service R&D pastoralisme au SUACI Montagne méditerranéenne et Elevage de la région Languedoc-Roussillon durant plus de 20 ans.  

Il est directeur du CERPAM, service pastoral de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur depuis 2012. Il a ainsi exercé ses différentes missions professionnelles en régions méditerranéennes et plus particulièrement sur les questions de conservation du pastoralisme méditerranéen et de montagne, d’adaptation des politiques agricoles et environnementales aux problématiques pastorales, et à la prise en compte des services écosystémiques rendus par les systèmes pastoraux.  Il a également animé plusieurs réseaux de Recherche & Développement (Réseau Coupures de Combustible français, projet Interreg SUDOE sur l’usage du feu dirigé pour la gestion des fourrés méditerranéens) et participé à l’élaboration du dossier d’inscription des paysages culturels méditerranéens de l’agropastoralisme des Causses & Cévennes.





Lazare Eloundou-Assomo


Lazare Eloundou Assomo est l’actuel Directeur adjoint de la Division du patrimoine de l’UNESCO.
Il est formé comme architecte conservateur et urbaniste spécialisé en architecture de terre et en patrimoine africain. Avant octobre 2016, il était chef de bureau et représentant de l'UNESCO au Mali et principal responsable de la coordination des actions de l'UNESCO visant à protéger le patrimoine culturel et les manuscrits anciens du Mali. C'est en cette qualité qu'il a coordonné la reconstruction rapide des mausolées détruits à Tombouctou, en étroite coopération avec la MINUSMA, la mission de maintien de la paix au Mali. Parmi ses actions majeures en faveur de la protection du patrimoine culturel malien, on compte également la préparation du Plan d'action de l'UNESCO de 11 millions de dollars, la réalisation d'un passeport pour le patrimoine du Nord Mali, le chef de file de la première mission d'évaluation des dommages conduite par l'UNESCO à Tombouctou en juin 2013
Avant d'être affecté au Mali, Lazare Eloundou Assomo était chef de l’Unité Afrique du Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO, où il était chargé de coordonner la coopération entre l'UNESCO et les États membres africains pour toutes les questions relatives au patrimoine mondial. Il est l'auteur de l’ouvrage « Patrimoine mondial africain : une diversité remarquable » récemment publié par l'UNESCO.
 





Mohamed Ewangaye Didane


Né en zone nomade, dans la partie nord du Niger, Mohamed EWANGAYE DIDANE, a grandi dans la pure tradition du nomadisme. Il a fréquenté une école nomade parfaitement intégrée au milieu pastoral. Ainsi, très jeune, il a acquis les valeurs essentielles du nomadisme et toute la philosophie qui le définit. Cet enfant nomade a suivi un cursus scolaire et universitaire qui ne l'a jamais coupé de ses racines. Plus tard, son parcours a été dicté par les circonstances politiques qui caractérisent la vie politique des Touaregs au Sahel et au Sahara. De la vie militante, il a embrassé une carrière de chercheur en anthropologie et en histoire, pour asseoir scientifiquement un plaidoyer en faveur du pastoralisme comme meilleur rapport avec la nature et l'environnement, en termes de gestion et de conservation de la nature et meilleure technique d'adaptation aux changements climatiques, et ce, depuis des millénaires.





Patrick Fabre


Ingénieur à la Chambre d'agriculture des Bouches-du-Rhône auprès des éleveurs ovins transhumants, il a participé à la création et à la gestion de la Réserve naturelle nationale des coussouls de Crau, seule réserve française gérée par les acteurs de l'environnement et de l'élevage. Il dirige actuellement la Maison de la transhumance, centre d'interprétation des cultures pastorales méditerranéennes (Salon de Provence, France). Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles, et concepteurs de plusieurs expositions itinérantes et outils d'interprétation (sentiers de découverte, malles pédagogiques, centre de ressources...) autour du métier de berger et de la transhumance. Il a conduit récemment une importante campagne photographique et ethnographique intitulée « Pasteurs, paysages. Pastoralisme en Provence-Alpes-Côte d'Azur ». 





Magdalene Setia Kaitei


Magdalene Setia Kaitei fait partie du peuple Maasaï, communauté pastorale qui réunit au Kenya quelque 800.000 personnes dans les régions de Kajiado, Narok, Laikipia et Samburu. Elle est directrice exécutive de Emayian Integrated Development Organization, qui lutte pour l’amélioration des conditions de vie des Maasai, pour la protection des ressources naturelles, des forêts, face à l’accaparement des terres et à l’exploitation fermière, et contre le changement climatique, au sein du département de Kajiado. Magdalene a travaillé avec la communauté Maasaï pendant quinze ans, sous l'angle des questions liées au développement et l’injustice sociale. Elle est également membre du comité exécutif de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature.





Dominique Lang


Doctorant en biologie moléculaire, et en deuxième cycle en théologie fondamentale, Dominique Lang est journaliste au groupe Bayard  pour les titres "La Croix" et actuellement pour le magazine "PELERIN".

Il est également membre du comité éditorial du magazine "Terre sauvage". Webmestre du blog "Eglises et écologies"
 





Joseph King


Diplômé d’architecture de l’Université du Maryland en 1983, Joseph King est titulaire d’une maîtrise en urbanisme et d’une maîtrise en conservation historique de l'Université de Pennsylvanie (1995). Il a également suivi les Cours de conservation de l'architecture délivrés par l'ICCROM  en 1991.

Depuis 2004, il est Directeur de l'Unité « Sites » de l'ICCROM, responsable du programme de renforcement des capacités pour la conservation du patrimoine culturel immobilier dans le monde. Il dirige une équipe de professionnels spécialistes des différents aspects de la mission conduite par l'ICCROM en tant qu'organe consultatif placé auprès du Comité du Patrimoine mondial. Auparavant, il occupait les fonctions de directeur de projet principal pour le programme AFRICA 2009, un programme régional de long terme visant à la conservation du patrimoine culturel immobilier en Afrique subsaharienne pour le compte de l’ICCROM. Il a également participé au développement de la première session de cours sur la conservation intégrée territoriale et urbaine, comme à l'élaboration et à la tenue de cours sur la conservation de la pierre, du bois ou de l'architecture moderne.

Avant de rejoindre l'ICCROM, il a travaillé comme consultant pour l'UNESCO sur la conception d'un plan de conservation pour la vieille ville de Mombasa au Kenya. Il a également travaillé sur des projets liés à l'urbanisme et à la conservation aux États-Unis et en Italie.

De 1999 à 2002, il a été Secrétaire général du Comité international de formation de l'ICOMOS.





Raphaël Larrère


Raphaël Larrère, ingénieur agronome et sociologue a été directeur de recherche à l’Inra. Après avoir étudié les usages et représentations de la nature, il s’est orienté en direction de l’éthique environnementale, qu’il s’agisse du respect de la nature ou de la responsabilité vis-à-vis de l’action technique. Actuellement il dirige la collection Sciences en questions des éditions Quæ.





Marie-Laure Lavenir


Après une première carrière dans l'industrie bancaire et la gestion d'actifs, Marie-Laure Lavenir a décidé de s’orienter vers la gestion d'organisations à but non lucratif et dans la collecte de fonds en 2008 lorsqu’un nouveau cadre juridique a été institué ouvrant de nouvelles perspectives de développement.
Elle a été secrétaire générale de l'une des toutes premières fondations universitaires créées en France en 2011 et a travaillé comme consultante pour de grandes institutions culturelles françaises telles que le Louvre, l'INHA (Institut national d'histoire de l'art) ou l'Orchestre de Chambre de Paris.
Depuis 2014, elle est Directrice générale de l'ICOMOS, une organisation internationale non gouvernementale à but non lucratif, dont le rôle est de promouvoir la conservation, la protection et la mise en valeur du patrimoine culturel mondial. 
En tant que directrice générale, sa mission est de développer le réseau et la présence d'ICOMOS dans le monde et de renforcer les activités d'évaluation et de conseil d'ICOMOS en tant qu'organe consultatif officiel du Comité du patrimoine mondial pour la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial.
Marie-Laure Lavenir est diplômée d'HEC Paris et de l'IEP. Elle vit à Paris.





Thomas E. Lovejoy


Thomas E. Lovejoy est un biologiste de la conservation qui travaille en Amazonie depuis 1965. Il a été le premier à employer le terme de « diversité biologique » en 1980. Il est Chercheur Senior de la Fondation des Nations Unies. 
Président du Centre Heinz de 2002 à 2008, il sera - de 2008 à 2013 – le premier titulaire de la chaire Biodiversité au Centre H. Heinz III pour la science, l'économie et l'environnement (une institution à but non lucratif destinée à améliorer les fondements scientifiques et économiques des politiques environnementales en travaillant avec industriels, gouvernements, universités et organisations environnementales). 
En 2010, il est élu Professeur d'Université au Département des sciences et politiques de l'Environnement de l'Université George Mason (Fairfax, Virginie). 





Hélène Melin


Hélène Melin est maître de conférences en sociologie et anthropologie à l’Université de Lille depuis 2006 et chercheure au laboratoire CNRS - Clersé – UMR 8019. Ses thématiques de recherches portent sur l’analyse des relations nature-culture dans un contexte de crise environnementale. Elle étudie les formes d’une écologisation des rapports au vivant en croisant les savoirs locaux et usages sociaux de la nature et les politiques environnementales appliquées aux territoires. Elle travaille depuis plusieurs années sur l’anthropisation du littoral méditerranéen français et la gestion durable à travers l’étude des pratiques et politiques liées aux sentiers de petite randonnée péri-urbains et de bord de mer. Elle analyse également les appréhensions de la nature dans des territoires identifiés à risque environnemental, en particulier les milieux humides.

Elle est directrice du comité de rédaction de la revue Développement durable et Territoires depuis 2013.
 





Razingrim Ouedraogo


Razingrim Ouedraogo travaille actuellement avec l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature  (UICN) en tant que Chargé de Programme principal de l'Initiative Mondiale pour les zones arides et semi-arides. Son domaine d'expertise comprend la gouvernance des ressources naturelles, la gestion des écosystèmes et la conservation. Il possède une grande expérience et connaissance sur les terres de parcours et le pastoralisme. Il a coordonné à un moment donné l’Initiative Mondiale pour un Pastoralisme Durable (IMPD) et est actuellement engagé dans des initiatives mondiales liées aux terres de parcours et au pastoralisme. Il a participé à divers dialogues politiques de haut niveau et contribué à des publications sur les parcours et le pastoralisme.
Avant de rejoindre l'UICN, Razingrim a travaillé avec diverses ONG locales et internationales ainsi que le secteur privé. Il a près de 10 ans d'expérience dans le domaine du développement durable. Sa formation comprend un Master en Ethique et Gouvernance avec spécialisation en Ethique Economique et Développement Durable et une Licence en Philosophie.





Adrian Phillip


Adrian Phillips est géographe et urbaniste. Il a travaillé pour le Gouvernement britannique, pour le PNUE au Kenya et pour l'UICN en Suisse. Il a été PDG de la Countryside Commission basée au Royaume-Uni de 1981 à 1992. De 1994 à 2000, il a été président de la Commission mondiale des aires protégées de l'UICN et vice-président de la CMAP pour le patrimoine mondial pendant quatre ans. Au cours des 25 dernières années, il a été professeur à l'Université de Cardiff et a siégé au Conseil d'administration de nombreuses ONG environnementales au Royaume-Uni. Il a écrit et donné des conférences sur les questions paysagères et internationales, promu l'idée de paysages protégés / paysages marins au sein de l'UICN et défendu avec enthousiasme la Convention européenne du paysage et les paysages culturels du Patrimoine mondial au Royaume-Uni et ailleurs.





John G. Robinson


Directeur de la conservation de l’ONG Wildlife Conservation Society (WCS), John G. Robinson supervise les programmes de protection des espèces pour l’ensemble du continent américain, l’Afrique et l’Asie. Après un doctorat en zoologie à l'Université de Caroline du Nord en 1977 et des études postdoctorales à la Smithsonian Institution, il rejoint en 1980 l'Université de Floride où il crée le Programme d'études en conservation tropicale. Il rejoint le WCS en 1990. Ancien président de la « Society for Conservation Biology », il a été président du Conseil d'administration du « Christensen Fund » et de « Foundations of Success ». John G. Robinson préside le Conseil de « United for Wildlife ». Il est membre du Conseil d'administration de « Science for Nature and People Partnership ». En 2003, il a été décoré de l'Ordre royal de l'Arche d'or par le Prince Bernhard des Pays-Bas, en reconnaissance de sa carrière et de sa contribution à la protection des espèces. En 2016, il a été distingué pour l’ensemble de ses travaux, par le « Lifetime Achievement Award » de la Société zoologique de Londres. John G. Robinson est conseiller pour l'Amérique du Nord et vice-président de l'UICN depuis 2012.





Concha Salguero


Concha Salguero est née à Cáceres, dans la région d’Extremadura (Espagne). Titulaire d'un diplôme en droit et d'une maîtrise en commerce international et en droit économique international, elle travaille dans le domaine du droit et de la politique de l'environnement depuis 1992, d'abord en Espagne en tant que conseillère juridique environnementale auprès de l'industrie et ensuite au niveau européen pour différentes organisations sur l'eau, les ressources naturelles, l'agriculture et le développement rural. En 2004, elle devient représentante environnementale dans deux groupes consultatifs de la Commission européenne. De 2009 à 2012, elle a travaillé au Royaume-Uni pour diverses organisations, notamment sur la réforme de la politique de la pêche de l'UE. Elle vit actuellement à Madrid et travaille comme coordinatrice de projet pour l'ONG Asociación Trashumancia y Naturaleza, au sein du groupe M6 Cultural Landscapes, soutenu par la fondation MAVA. 
Actuellement, le travail de Concha est axé sur le soutien et la promotion du pastoralisme en tant que clé du maintien de paysages culturels uniques en Méditerranée, tels que les « dehesas / montados ». Un autre travail important porte sur les politiques qui favorisent ou ont un impact sur la conservation des ressources naturelles et le développement rural, en particulier la politique agricole commune de l'UE (PAC). Elle participe également à des initiatives internationales sur le genre et la biodiversité dans le pastoralisme telles que le projet « OneSquareMeter » et sur des initiatives pastorales mondiales telles que « RoadlessTravelled ». Elle travaille également sur les questions de gouvernance communale et est membre du comité de pilotage d'Iniciativa Comunales.





Sean Southey


Sean Southey, le PDG primé de PCI Media Impact, est profondément attaché à l'autonomisation des communautés et à l'utilisation créative des médias sociaux pour favoriser les changements sociaux et comportementaux. Après plus de 30 ans d'expérience dans le domaine du développement international et des communications, il dirige le secteur, en plein essor, des programmes Environnement, Santé publique et Justice sociale de PCI Media, entreprise présente dans plus de 60 pays.


 





Eleanor Sterling


Eleanor Sterling est responsable scientifique de la conservation du Centre pour la biodiversité et la conservation au Muséum d'histoire naturelle américain. Forte de sa formation interdisciplinaire et de plus de 30 ans d'expérience sur le terrain en Afrique, en Asie, en Amérique latine et en Océanie, ses travaux portent sur les interactions entre biodiversité, culture et langages, les facteurs favorisant la résilience écologique et sociale, et le développement d'indicateurs de bien-être dans les paysages bio-culturels.
Elle fait autorité sur l'aye-aye, un lémurien nocturne endémique à Madagascar et collabore à un programme intégrant biologie et économétrie portant sur le commerce durable des espèces sauvages au Vietnam. Elle est également spécialiste pour la planification stratégique, la mise en œuvre et l’évaluation en matière de développement des capacités. Elle est actuellement vice-présidente du groupe de développement des capacités de la Commission mondiale sur les aires protégées de l'Union internationale pour la nature et les ressources naturelles où elle codirige des groupes de travail sur l'évaluation du développement des capacités, sur les peuples autochtones et les communautés locales.
Eleanor Sterling est l’une des fondatrices du Comité sur l'équité, l'inclusion et la diversité de la Société pour la biologie de la conservation et de la section new-yorkaise de l’« Association for Women in Science »  dédiées aux sciences naturelles. 
Eleanor Sterling est aujourd’hui professeure adjointe à l'Université Columbia, où elle a été directrice des études supérieures au Département d'écologie, d'évolution et de biologie environnementale pendant dix ans. Diplômée du Yale College, titulaire d’une maîtrise et d’un doctorat en anthropologie et en études forestières et environnementales de l'Université Yale.
 





Frédéric Valletoux


Frederic Valletoux est né le 23 août 1966. Après avoir effectué ses années de collège et de lycée à Fontainebleau, il se lance dans une carrière de journalisme. Il a travaillé en tant que rédacteur pour le quotidien Les Échos et rédacteur en chef de la Gazette des communes publié par le Groupe Moniteur qu'il intègre plus tard au poste de délégué chargé des développements éditoriaux.
En 2001, Frédéric Valletoux décide de s'engager au service de sa commune et devient Conseiller Municipal de Fontainebleau. Il accède à la fonction de Maire en 2005 et est réélu en 2008. En 2010, il est élu Conseiller Régional d'Île de France et acquiert le titre de Président de la Communauté de communes Fontainebleau-Avon la même année (jusqu'en février 2017).
En 2011, il devient Président de la Fédération Hospitalière de France.
Il est réélu Maire de Fontainebleau en 2014.
En 2016, Valérie Pécresse le nomme Président du Comité Régional du Tourisme au Conseil Régional. En septembre, ses fonctions au sein du Conseil Régional évoluent, il est nommé délégué spécial au commerce et à l'artisanat.
 





Simon Stuart


Simon est le Directeur de la Conservation Stratégique chez Synchronicity Earth. Il vient de quitter le poste de Président de la SCC de l'IUCN, un réseau scientifique de plus de 7500 experts (majoritairement bénévoles) venant du monde entier qui élaborent les "Listes Rouges des Espèces menacées". La SCC fournit à l'IUCN toutes informations relatives à la conservation de la biodiversité, la contribution des espèces au fonctionnement des écosystèmes. Simon est diplômé de premier cycle, titulaire d'un doctorat de l'Université de Cambridge. Il a conduit des travaux en Tanzanie et au Cameroon. Il a plus de 25 ans d'expérience au sein de l'IUCN et de la SSC, il a commencé à collaborer au "Red Data Book des Oiseaux Africains" dès 1983. C'est en 1986 qu'il a rejoint le Secrétariat de l'IUCN, avant de devenir Directeur du Programme "Espèces" (1990-2000), Directeur Général par Intérim (2000-2001), Directeur de l'Unité d'Evaluation de la Biodiversité (2001-2005) et Expert Senior "Espèces" (2005-2008). Il a été élu Président de la SSC au Congrès Mondial de la Conservation de l'IUCN à Barcelone en Octobre 2008. Simon se rappelle : « Mon intérêt pour la conservation a commencé dès mon enfance, aussi longtemps que je me souvienne. Une passion pour les animaux sauvages et les plantes a toujours été dans mon sang. Une carrière dans la conservation a été la seule option pour moi. J'ai été privilégié d'avoir été associé avec l'IUCN et la SSC pendant 25 ans, la plupart de cette période en tant que membre du Secrétariat de l'IUCN. En plusieurs sens, la SSC est ma famille. » La contribution de Simon Stuart a été essentielle au mouvement pour la conservation des espèces, mettant son expertise en matière de biodiversité au service d'initiatives mondiales telles que les Objectifs Millénaires du Développement ou la Convention sur la Diversité biologique. Simon a aussi produit de nombreux rapports et ouvrages unanimement reconnus. Il a rejoint Synchronicity Earth en tant que conseiller spécialiste des espèces, choisi pour ses années d'expérience en conservation des espèces, sa passion et ses nombreuses relations nouées au fil des ans au plan international.





Bas Verschuuren


Bas Verschuuren PhD est conseiller freelance en conservation de la biodiversité et chercheur associé au Département de Sociologie du Développement et du Changement à l'Université de Wageningen aux Pays-Bas. Bas marie son expérience en projets de conservation à la recherche appliquée sur le culturel, le spirituel, et la dimension sacrée de la Nature sur lesquels il a publié plus de 50 articles, chapitres de livres et cinq ouvrages. Son dernier ouvrage (Verschuuren and Brown, 2018) est intitulé : "The Cultural and Spiritual Significance of Nature in Protected Areas, Governance, Management and Policy" (La signification culturelle et spirituelle de la Nature dans les Aires Protégées, leur gouvernance, gestion et politiques) et montre les développements actuels et la pensée académique sur l'imbrication entre conservation de la nature et culture. Bas est le Co-Président de la Commission mondiale du Groupe de spécialistes des Aires Protégées sur les Valeurs culturelles et spirituelles des Aires Protégées (CSVPA) www.csvpa.org. Sur ce sujet, il dirige actuellement le développement du Guide de Bonnes Pratiques de l'IUCN et des modules de formation pour ceux qui sont impliqués dans la gouvernance et la gestion d'aires protégées. Regardez: LinkedIn profile, Academia, Research Gate, www.sacrednaturalsites.org.





Zhang Xinsheng


Président de l’UICN depuis 2012, Zhang Xinsheng est également co-fondateur et Président exécutif de l’organisation non gouvernementale Eco-Forum Global (EFG), Président de l’Association chinoise pour les échanges éducatifs internationaux et membre du Conseil du gouvernement chinois pour la coopération internationale sur l’environnement et le développement. En sa qualité de Président de l’UICN, M. Zhang a réussi, au cours des quatre années qui viennent de s’écouler, à acquérir une compréhension exhaustive de la complexité de la gouvernance de l’institution, à promouvoir des relations constructives entre l’ensemble de ses composantes afin de superviser les questions complexes liées à la politique, à la stratégie et à la gouvernance de l’Union, et de guider de manière constructive son engagement envers les différents processus internationaux fondamentaux, tels que les ODD et l’Accord de Paris sur le climat. Tout cela n’aurait pu être possible sans le soutien engagé et la coopération du Conseil, de la Directrice générale, du Secrétariat, des membres des Commissions, et des Membres de l’Union.